Réservez au meilleur prix
19/02/2018
26/02/2018
Aller à nos promotions

Marilù Terrasi et la Tradition du Couscous en Sicile

Marilù Terrasi

Marilù TerrasiMarilù Terrasi, "patron et chef" de l' Hotel - Restaurant "Pocho" à San Vito Lo Capo (Tp), est née à Palerme. Ici, elle prend la maîtrise en philosophie et travaille pendant quelques années en tant que chercheur à l'Institut des traditions populaires de la même faculté. Se consacre à l'étude de la culture populaire de la Sicile dans ses divers aspects: l'art, la musique, le chant, les coutumes, les traditions, et la gastronomie.

Dans ces années, elle fait partie du Folkstudio, qui dans le même Institut mène des recherches sur la renaissance du chant et de la musique populaire.

Affiche du théâtre La FeniceDans les années 70, elle a décidé de se tourner vers le théâtre et a rejoint la société expérimentale « Groupe 5 » et contribuer à la mise en scène et l'écriture de nombreux ouvrages et scénarii souvent inspirés par les activités des traditions; la porte pour découvrir de nombreux affinités entre les disciplines artistiques et littéraires et la cuisine dans le domaine de la communication. En 1985, elle a commencé à Macari (fraction de San Vito Lo Capo) les activités de restauration,avec la création d’ un petit Restaurant, le “Pocho ", qui tire son nom d'un chat," mascotte "pour de nombreuses années du Groupe 5", an ajoutant plus tard un petit Hôtel. Saveurs méditerranéennes, influences et contaminations gastronomiques et un oeil à la tradition deviennent le point fort d'un projet qui allie expérimentation et culture populaire, directement dans la cuisine.

Par conséquent, la rencontre avec le Couscous est inévitable.

Bien que le couscous est considéré comme un aliment typique des pays de l'Afrique du Nord, en Sicile, dans la région de Trapani et les petites îles voisines le Couscous est consideré un plat traditionel. N’existe femme de pêcheur qui est incapable de préparer le savoureux " ghiotta "de poisson qui le caractérise.

Marilu, est fascinée et a décidé d'en faire le centre de ses recherches personnelles: apprendre les secrets du processus par les voisins, elle acquiert une dextérité manuelle, la collecte des anecdotes et des histoires, et tous les dimanches elle sert une « dégustation spéciale avec différentes type de Couscous.

Marilù accompagne le dîner avec lucanettoD'ici l'idée de devenir "Ambassadeur du Couscous de Trapani": "Couscous de blé dur cru sicilien à “incocciare "à la main et cuire à la vapeur. Presque chaque hiver, Marilù part pour de véritables visites gastronomiques en Italie et à l'étranger, apportant avec lui les principaux ingrédients et ustensiles.

Ce sont de véritables laboratoires-dégustation qui démontrent comment la nourriture est une culture, une culture complexe et doit donc être expliquée et comprise. Les gestes rituels, les histoires et les chansons populaires insérés par Marilu, à la fin de son discours, expriment l'identité et l'histoire de la Sicile du nord-ouest, un point de rencontre entre les civilisations de la Méditerranée et donne un exemple concret du duo inséparable homme-environnement et l'ancien lien entre la nutrition et la figure féminine, gardien dans les siècles des connaissances alimentaires et protagoniste du travail dans la cuisine.

Affiche 'Cibo per la mente'Pendant la saison estivale, du « Pocho », Marilù a donné lieu à des événements appelés «Nourriture pour l’esprit », avec la présentation des livres de cuisine et des dîners en présence des auteurs et de chefs , avec dégustation de vins, des expositions et des représentations musicales et théâtrales, ainsi que la participation et l'implication des organisations à but non lucratif et des associations à but non lucratif.

Une autre belle curiosité: depuis quelques années l'écrivain Gaetano Savatteri place ses histoires à Macari dans les "Policiers" publiés par Edizioni Sellerio de Palerme. Marilù et le restaurant Pocho sont l'une des références constantes dans les vicissitudes du protagoniste Saverio La Manna. Même le commissaire Montalbano célèbre dans le monde entrier, dans l'épisode narré par l’ecrivain Andrea Camilleri dans "Une année en jaune", ira au Pocho dont il a entendu parler et magnifier le Couscous, où il va rencontrer Saverio La Manna!

Pour en savoir plus:

  • “Couscous” de Marilù Terrasi (La Sicile Recherchée - Julliet 2000)
  • “Cofano,Cofano,Cofano”: pour comprendre le chemin qui mène au Pocho
  • “L'île des femmes”
  • “Davide Rocco-Dolce Vita” (Vidéo) Canadà
  • “Intervention de l'Université de Palerme” Novembre 2012
  • Participation aux Laboratoires et École de Cuisine du Salone del Gusto-Turin-2000-2004-2012-2014-2016
  • Festival culturel de la création féminine Alger 2014
  • École de cuisine Slow Fish Genova 2015
  • Caserta-Laboratoire de cuisine 2015
  • Lisbonne: Slow Folk: rencontre Italie-Portugal “Couscous e Lucanetto” 2015
  • Laboratoire – dégustation à l’ Expo de Milano en Octobre 2016
  • Circuits gastronomiques: Sicile-Latium-Vénétie-Piémont-Toscane-Lombardie-Frioul-Vénétie Julienne-Émilie-Romagne-Ligurie-Val d'Aoste-Allemagne - 2000/2017
  • Participation à la “Première Semaine Mondiale de la Cuisine Italienne”-Alger-Novembre 2016

Nous les siciliens avons toujours pensé à la Sicile comme un point de départ. Au contraire, nous devons nous approprier de notre terre!… La sicile a en soi un esprit magique difficile à exprimer… Il faut y vivre pour comprendre…

Carmen Consoli

Offres spéciales

Réservez maintenant